Bagneux, solidaire aussi avec la planète !

Prononcée par Pascale Méker. Le procès verbal sera mis en ligne dès qu'il sera paru (puisque bien sûr seul "le prononcé fait foi"...)


Dans le contexte budgétaire si difficile pour les communes – coupes, gel, haro sur les services publics de proximité comme si la fonction publique territoriale était responsable de la crise (le gouvernement aime à la décrire pléthorique, alors qu’il se désinvestit massivement, et transfère lui-même une partie de ses fonctionnaires vers les administrations territoriales..) –contexte difficile y compris en ce qui concerne les risques liés à la dette, qui peut voir effectivement une hausse importante de ses intérêts, ce budget présenté de façon claire pédagogique et professionnelle, est un excellent outil démocratique.
Un outil de transparence citoyenne.

Les actions transversales concernant le développement durable ont été longuement exposées et de façon volontariste – puisque la présentation d’un bilan n’obéissait à aucune obligation légale –lors du débat d’orientation budgétaire.
Et c’est bien, car lors de l’examen de ce budget les actions – souvent transversales liées au DD sont peu mises en valeur.
Avec une exception la poursuite des travaux de l’isolation de nos écoles, avec là un budget très visible de 1,7 million d’€..

Ainsi les efforts faits en faveur de l’alimentation biologique dans la restauration scolaire – en particulier en faveur des circuits courts avec le recours à une agriculture francilienne – par exemple. Leur part sur le budget restauration n’est pas mis en exergue.

A l’inverse La diminution des frais d’affranchissement (- 8 800 €) peut être également évaluée sous l’angle du développement durable – au-delà des économies réalisées - tout comme les frais de maintenance de chauffage -134 952 €)

On peut également remarquer au paragraphe crédits d’activités une réelle maitrise prévisionnelle des couts des carburants que nous espérons très fortement voir se réaliser, ce qui n’a pas été le cas jusqu’ici !

La maîtrise de la dette, la part des fonds propres dans nos investissements, les subventions beaucoup mieux sollicitées aujourd’hui, le travail de péréquation réalisé par les services, pour reporter les économies réalisées vers des postes requérant plus de moyens - mais aussi entre les services - met en évidence un travail directement lié à l’élaboration du budget, mais aussi un dynamisme, une capacité de notre administration à se moderniser, à réaliser de vrais progrès.

Une remarque sur les axes prioritaires de ce budget, que nous avons salués lors du débat d’orientation budgétaire« enfance et jeunesse » et « développement durable », intitulé développement durable et propreté de la ville.
Nous tenons à souligner, une fois de plus, que le rapport entre développement durable et propreté de la ville ne nous semble pas si évident qu’une petite coordination suffise à les rapprocher dans l’intitulé des axes politiques du budget !
Cela est par trop restrictif. Le thème du développement durable ou soutenable se suffit à lui-même. Nous ne sommes pas exactement à la même échelle.

En ce qui concerne la jeunesse, le temps fort été 2012, nous semble un élément très important de notre engagement envers une jeunesse balnéolaise durement touchée par le chômage structurel qui touche les familles de notre ville, mais aussi bien sûr les jeunes eux-mêmes. Avec une enveloppe de 100 000 €

Le groupe EELV votera ce budget en souhaitant pour 2013 une plus grande visibilité inscrite dans le budget, pour tout le travail transversal lié au développement soutenable, mais dynamique, que notre ville met en marche.

Pascale Méker, conseillère municipale déléguée, protection de l'environnement et valorisation du patrimoine.





Recherche



Partager ce site