Bagneux, solidaire aussi avec la planète !

Ceci est le texte de l'intervention écrite. Il diffère très légèrement du prononcé (qui seul fait foi...) *


Madame le Maire,
Cher /es collègues,


"Le groupe Europe Ecologie les Verts remercie les services pour le travail accompli sur ce budget très clairement pensé et présenté. Il y a là, comme nous l'avons déjà souligné une contribution importante à la gestion démocratique de notre ville.
Comme nous l'avions indiqué lors du débat d'orientation budgétaire, nous voterons ce budget.
Nous n'avons que quelques points à ajouter à ce que nous avions dit.

Pour les années à venir nous allons devoir inventer de nouvelles formes de service public, car oui, Bagneux se veut une ville solidaire, et populaire, et nous adhérons à ce projet. Cependant, Comment faire ?
Une ville n'a pas vocation et ne peut pas être une ONG ! La réponse à la progression de la demande sociale ne peut pas être que l'augmentation de la subvention au CCAS ? Ou L'augmentation des dépenses de caractère social dans les domaines de l'éducation ? Du périscolaire ?
Non, il est indispensable de repenser la manière dont la politique municipale peut susciter, ou ensemencer sur son territoire, une économie locale, à vocation sociale et solidaire, qui puisse vivre et se développer en équilibre budgétaire, voire créer des bénéfices et non des « profits », la différence de sens est de taille.
En un mot de créer l'espace pour des activités économiques au service du bien commun. Une délégation de service public d'un nouveau genre.
Créateur d'emplois locaux, de lien social et de bénéfices sociaux. Au niveau local, c'est possible. Il y a là, l'interstice pour s’échapper du modèle dominant marqué par la logique de domination et d’exclusion financière. Ce n'est pas renoncer à la lutte, c'est une autre forme de lutte.

Dans ce type d’innovation l'exemple des monnaies complémentaires fonctionne bien. je pense par exemple à la sol-violette à Toulouse. C'est en quelque sorte une monnaie éthique – qui marque que les échanges incarnés par cette monnaie, sont un moyen de créer du lien social, de l’emploi et de favoriser des activités respectueuses de l’environnement et des humains. (Vous avez sans doute remarqué que souvent cela va ensemble...)
Qui redonne du sens à la « monnaie » et surtout bien évidemment qui protège le cercle vertueux de ces échanges ; le sol-violette est indexé sur l'euro ; il a une valeur monétaire réelle.

Nous n'avons pas terminé le travail de réflexion que la majorité municipale a entamé sur le périmètre des services publics municipaux. Et nous espérons que nous pourrons le poursuivre, afin justement de mettre en place des expérimentations innovantes.

Un autre mot sur l'expérience des circuits courts pour l’approvisionnement en produits bio de notre restauration scolaire. Bagneux était ?? est ?? une ville pionnière dans ce domaine en IIe de France. Nous aimerions avoir un retour d'expérience, savoir comme cela se prolongeait, progressait... A lire les menus publiés dans le journal municipal, nous n'avons pas l'impression que c'est vraiment le cas, mais ??? Il est vrai que les budgets sont contraints, et nous approuvons totalement le fait de ne pas augmenter les tarifs des repas de la restauration scolaire.

Et puis pour finir, vous redire que nous sommes persuadés que Bagneux a des atouts particuliers dans cette petite couronne de notre capitale. Dans ses recherches pour ses développements d'activité sur son territoire, dans ses aménagements à venir très nombreux, la ville doit trouver, affirmer son originalité. Oser l’innovation – qui permet souvent de faire de saines économies - dans ses formes architecturales et de ses financements – je pense par exemple à l'habitat coopératif - dans le respect du cadre de vie, le respect de ses espaces naturels en ville, dont elle est encore riche ; dans le respect de son tissu social populaire, qu'il faut enrichir par une mixité sociale plus importante. Nous nous engageons peu à peu dans cette démarche.
A l'avenir, venir vivre à Bagneux sera une chance pour les plus fragiles comme pour les plus aisés, qui feront ainsi le choix de vivre dans une ville solidaire. Et c'est une valeur recherchée.
C'est déjà le cas pour de nombreux nouveaux balnéolais, qui viennent ici, pour le cadre de vie encore très vert, et moins dense, si près de Paris, mais aussi en toute connaissance de cause quant aux populations diverses qui s'y côtoient.
C'est un vrai choix. Et c'est suffisamment frappant, pour être souligné.
Je vous remercie."

* ci-dessous extrait du procès-verbal du conseil municipal du 12 février 2013







Recherche



Partager ce site