Bagneux, solidaire aussi avec la planète !

Voici, après un temps de réflexion nécessaire,  quelques lignes pour amorcer notre stratégie en vue des municipales de 2020, que je porte à votre attention..


Un très grand merci au 1377 balnéolais et balnéolaises qui ont voté le 26 mai 2019 pour la liste EELV aux élections européennes. 

Un  rappel des résultats du scrutin dans notre commune
9 102 votes « exprimés »
145 votes blancs, 170 votes nuls.
22 031 inscrits.
Nathalie Loiseau - LAREM  19,48 %
Yannick Jadot - EELV          15,15 %
Jordan Bardella - RN           12,58 %
Ian Brossat - PCF                10,85 %
Manon Aubry - FI                 10,39 %
Raphaël Glucksmann - PS    6,1 %
Votants  42,74 % 

Ces élections européennes furent et resteront,  un moment important dans notre histoire républicaine. Ainsi les citoyens ont été plus perspicaces, plus responsables, que "les observateurs spécialistes des élections" ne  le prévoyaient.
On craignait une abstention record :  avec 50,5 % de participation,  nous avons été en France, plus nombreux à voter que nous ne l'avons été depuis 1994 ! 10% de plus qu'en 2009, 8% de plus qu'en 2014 !
L'Europe n’intéressait pas, pensait-on, et surtout le vote extrémiste du Rassemblement national, où risquait de se retrouver la majorité des délaissés de notre système économique ultra capitaliste,  inquiétait..
Certes le Rassemblement national est en tête du scrutin en France, faisant ses plus hauts scores dans les zones impensées de notre aménagement du territoire, abandonnées véritablement.
Et cela ne peut qu’être source d'une grande inquiétude.

Mais les écologistes sont en troisième place ! 

C'est passionnant à deux titres !

  • - les Français sont très conscients des enjeux climatiques et de perte de la biodiversité ; particulièrement dans les zones urbaines...
 Cela se comprend, pollution, chaleur intense dans les villes, et une population informée. A l'inverse dans les campagnes l'écologie politique est très souvent inexistante, dans un modèle de développement agricole qui tourne le dos au bon sens.. Dans ces mêmes zones, les personnes se détournent de l'Europe qui d'ailleurs finance pourtant (et si mal..) le modèle agricole productiviste désastreux pour l’environnement, mais surtout,  par le même tour de main, étrangle les agriculteurs de dettes et de maladies...
Mais lorsque les habitants de cette France abandonnée sont  « écologistes »,  ce sont des militants très engagés.

  • - Les français qui votent EELV ont reconnu le travail des parlementaires Verts européens, et du même coup l'importance de ce parlement dont ils ont compris qu'il avait un pouvoir démocratique certain !
Ils ont aussi indiqué leur attachement au périmètre européen, reconnu comme pertinent pour lutter contre la 6eme  grande extinction des espèces et le réchauffement climatique.
Enfin, ils ne s'y sont pas trompés.. Et ont voté pour les" originaux", même si tous les partis se sont montrés très "écologistes" depuis quelques mois.

Les français ont donné une preuve de maturité, et d'espoir, en mettant à la troisième place du résultat du scrutin le sujet primordial de ce siècle : le rapport de notre espèce humaine avec la planète. 

Et ici aussi à Bagneux !
Avec 15,15 % nous sommes seconds derrière la REM, devant le Rassemblement national, et loin devant LFI et le PC, et encore plus loin devant le PS.


Nul doute que la préoccupation environnementale, qui concerne  l'avenir des générations futures est clairement inscrite dans notre population "populaire", quand elle ne désespère pas et ne se réfugie pas dans le vote RN.
ici à Bagneux, l'espoir a gagné !

Notre groupe est très attaché à une majorité de gauche, parce que SOLIDAIRE., mais par ailleurs encore trop dangereusement  "productiviste" dans ses choix.
La République en marche est le vainqueur du scrutin à Bagneux.
Mais nous sommes dans cette élection la composante solidaire de la gauche qui a marqué les esprits : on connaît nos combats et notre détermination à changer de monde, de modèle, pas seulement à lutter, mais à inventer.
Certes c'est très compliqué, lorsque comme la maire de Bagneux, Marie-Hélène Amiable, on ne veut "laisser personne au bord du chemin", et nous partageons cette volonté ! Mais les avancées vers une transition sociale et écologique, basée sur une résilience faites d’innovations doivent être plus claires.
Bagneux a des atouts.

Il semble opportun d'envisager et de peser la possibilité de constituer une liste pour le 1er  tour des élections municipales. Il faut prendre garde à ne pas  faire basculer la ville dans l'escarcelle de la  REM,  qui ne rompt pas assez avec le modèle ultra libéral,  pour qu'une écologie politique sociale et citoyenne, à laquelle nous aspirons, puisse se construire.
Depuis ce scrutin européen, l'écroulement du parti Les Républicains, la caution apportée par plus de 70 élu-e-s de ce parti de la « droite classique » à Emmanuel Macron, a renforcé fortement la poids de la la République en marche, et le renforcera pour les élections municipales, surtout que la question écologique deviendrait centrale pour La République En Marche assure-t-elle ??? depuis le scrutin européen ....

Alors se rassembler à gauche ? Sans doute, mais pas à n'importe quel prix. Nous avons maintenant le devoir de faire respecter cette écologie politique, cette résilience sociale et solidaire face à notre monde démonté par l'ultra-capitalisme.
Quelle adaptation de notre société proposer pour les années à venir ? Quelles résiliences, sociales et écologiques, mettre en œuvre, au niveau local, pour adapter notre monde face aux bouleversements à venir ? Quelle nouvelle forme d'émancipation de l'être humain devons nous défendre ? 

Le  vote d'adhésion des balnéolaises et des balnéolais pour les écologistes, nous montre que les mesures de transition écologique et sociale portées par la future municipalité devront être fortes, devront faire partie de son ADN- si nous y étions engagés.

La qualité de la personne centrale dans une commune est  plus qu'importante, souvent  une chance : en ce sens Marie-Hélène Amiable, qui souhaite se représenter est un excellent choix,  mais à conditions que notre participation soit reconnue à la hauteur  des enjeux que nous portons et pas comme une "caution".

Que faire ? 
Une liste écologiste, solidaire et citoyenne ? Avec des militants politiques et associatifs (quelquefois les deux à la fois ) et des citoyens. Avec un financement participatif ? Le tout bien sûr basé sur un programme travaillé, et enrichi par l'expérience de la dernière mandature, où 3 élu-e-s écologistes – successivement malheureusement, puisque l'un d'entre nous est parti en cours de mandat vivre à Strasbourg - ont exercé des responsabilités.
Où bien se réunir, autour d'un programme tout aussi travaillé mais proposé comme  « un pacte pour l'Ecologie sociale et solidaire à Bagneux »,  que les candidats devraient signer pour avoir nos suffrages ? Sans représentants au conseil municipal ? 
Ou bien une formule mixte, qui mettrait en avant non pas l’appartenance à un groupe politique, mais le respect d'engagements communs partagés ?

L’engagement politique devient indispensable ; pas uniquement, ce sont les actions citoyennes qui poussent... mais un relais dans les instituions est peut-être utile..Au moins, via une "signature" des candidats qui les engage.

Vous connaissez mon bilan, en tant que représentante des écologistes dans l'exécutif, nous y reviendrons plus en détail en travaillant un "programme". Il est exposé dans mes déclarations en conseil municipal et territorial, (sur le  site du groupe local EELV), en particulier mes abstentions sur le PLU et les documents d'urbanisme autour du futur quartier des  Mathurins.. j'ai poussé au maximum le curseur pour aller le plus loin possible,  et j'ai obtenu et "protégé", avant que les citoyens enfin, soient mieux entendus, via le budget participatif, et qu'enfin le PC accepte de mettre en oeuvre beaucoup des projets que je prônais, inlassablement depuis le début de la mandature.
J'avais obtenu en 2014 la création de la délégation "Espace Public" pour être dans la boucle des opérations d'aménagement.. Mais je n'avais pas celle du développement durable...
J'ai pu ainsi me battre  pour protéger le foncier, le sol, les mètres carrés d'espaces verts existants et à venir. Mais nous n'avons pas été assez forts pour que le contrat que nous avions signé avec le PC soit respecté, si on arrêtait les compteurs sur les projets d'urbanisation, tels qu'ils sont prévus  aujourd'hui. voir ici la tribune EELV qui accompagne le rapport de l'Observatoire des engagements municipaux publié uniquement sur internet
(dernière page)
Il faut s'en souvenir. Les écologistes de cette ville ne sont plus aujourd'hui une caution ou une portion congrue. Sinon, nous ne pourrons pas mettre en oeuvre les mesures auxquelles nous aspirons, en dynamique et durant tout le mandat.

j'ai aussi poussé bien sûr les projets de « Nature en ville », friches, jardins partagés, de l'Agrocité et de la ressourcerie, avec Ludovic Fresse, puis Jean-Louis Pinard, bien avant de pouvoir avoir, enfin, les faveurs du budget et de la dynamique du groupe "dominant" en 2018 – 2019. (agrocité/ressourcerie en particulier), et surtout par le biais du budget participatif 2018, voir de réels projets de transition écologique se mettre en place (compostage, poulaillers, zones de dons ou "partagerie" ) : projets concrets, locaux illustrant bien l'adage « Penser global, agir local » (citation de René Dubos, 1977, devenue la base de la méthodologie de l'Agenda 21).

Cependant, c'est bien à la majorité des élu-e-s municipaux, sortie des urnes, que revient la responsabilité de s'unir, dans une gouvernance favorisant l'intelligence collective, pour engager des projets très structurants au profit de la transition écologique et sociale, pendant toute la durée d'une mandature.

Pascale Méker
Secrétaire du groupe local EELV et citoyen-e-s de Bagneux.


ICI Résultats globaux des hauts-de-Seine, pour celles et ceux que cela intéresse. (EELV est  aussi au second rang derrière la REM)

et rappel des résultats nationaux.  






Recherche



Partager ce site